Le porteur d’eau

Une belle histoire pour la confiance en soi

Une belle histoire pour la confiance en soi

« En Inde, un porteur d’eau avait deux grands seaux accrochés chacun à une extrémité de la perche qu’il portait sur les épaules. Un des seaux était fendu, et alors que l’autre seau, intact, livrait toujours sa pleine ration d’eau au terme de la longue marche entre le ruisseau et la maison du maître, le seau fendu n’arrivait qu’à moitié plein.

Quotidiennement pendant deux années entières, le porteur ne livrait qu’un seau et demi d’eau à la maison de son maître. Le seau intact était fier de lui, mais le seau fendu était malheureux, honteux de n’être capable d’accomplir que la moitié de ce pour quoi il était fait. Un jour, près du ruisseau, après deux ans de ce qu’il considérait comme un échec amer, le seau fendu s’adressa au porteur d’eau.

 

‘J’ai honte de moi et je veux te présenter mes excuses.’ ‘Pourquoi ? De quoi as-tu honte ?’ demanda le porteur d’eau. ‘Depuis deux ans, j’ai seulement été capable de livrer la moitié de ma charge à cause de cette fente à mon côté, qui fait fuir l’eau tout le long du trajet vers la maison de ton maître. À cause de mes défauts, tu as dû faire tout ce travail et tu n’as pas obtenu tout le mérite correspondant à tes efforts.’ dit le seau.

Rempli de compassion, le porteur d’eau répondit : ‘En retournant à la maison du maître, je veux que tu voies les fleurs magnifiques qui bordent le chemin.’ Effectivement, tandis qu’ils remontaient la colline, le vieux seau fendu remarqua le chaud soleil brillant sur une quantité de fleurs sauvages sur le bord du chemin, et cela lui remonta un peu le moral. Mais à l’arrivée il se sentit encore mécontent parce qu’il avait laissé fuir la moitié de son contenu et donc, une fois encore, il s’excusa auprès du porteur d’eau pour son échec.

Le porteur d’eau lui répondit : ‘N’as-tu pas remarqué qu’il y avait des fleurs uniquement de ton côté du chemin, et pas de l’autre côté ? C’est parce que depuis le début je savais que tu étais fendu. J’en ai pris mon parti et j’ai semé des graines de fleurs de ton côté. Ainsi, chaque jour en revenant du ruisseau, tu les as arrosées. Depuis deux ans j’ai pu cueillir ces fleurs merveilleuses pour décorer la table de mon maître. Sans toi, exactement tel que tu es, il n’y aurait jamais eu cette beauté pour orner sa maison. »

Auteur inconnu

Vous pouvez télécharger cette belle histoire et la visionner en image en cliquant sur ce lien :

Le porteur d’eau

 

You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed.You can leave a response, or trackback from your own site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *