Archives de la catégorie » Conseils «

Des clous et un sale caractère

Le pouvoir des motsIl était une fois un garçon avec un sale caractère.

Son père lui donna un sachet de clous et lui dit d’en planter un dans la barrière du jardin chaque fois qu’il perdrait patience et se disputerait avec quelqu’un.

Le premier jour il en planta 37 dans la barrière.

Les semaines suivantes, il apprit à se contrôler, et le nombre de clous plantés dans la barrière diminua jour après jour : il avait découvert que c’était plus facile de se contrôler que de planter des clous.

Finalement arriva un jour où le garçon ne planta aucun clou dans la barrière.

Lire la suite…

Le principe 90/10

Le principe 90/10 de Stephen CoveyLe principe 90/10

Le principe 90/10 de Stephen Covey, pourra certainement permettre de changer votre vie ou au moins votre réaction face à certaines situations 😉

Alors qui est Stephen Covey ? Il est un des maîtres mondialement connu en matière de Leadership et de gestion du changement. Cet expert en la matière nous permet de faire une introspection dans notre vie quotidienne.

Cette introspection nous permettra d´apprendre à accepter les changements qui touchent notre vie familiale, sociale et professionnelle afin de gagner en sagesse et de conquérir le pouvoir de saisir toutes nouvelles opportunités s’offrant à nous.

Après la lecture du principe 90/10 vous découvrirez que votre bonheur est entre vos mains.

Comme le disait  Stephen Covey : « 90% de ce qui t´arrive sont déterminés pas la façon dont tu réagis, alors que 10% de ce qui t´arrive dans la vie sont faits de choses que tu subis ».

Qu´est-ce que cela veut dire exactement ?

Lire la suite…

Un bout de papier

Un bout de papierUn jour, une enseignante demanda à ses étudiants d’écrire les noms des autres étudiants dans la classe sur deux feuilles de papier et de laisser un espace entre chaque nom.

Puis, elle leur dit de penser à la chose la plus agréable qu’ils pourraient dire de chacun de leurs camarades et de le noter.

Les élèves prirent le reste du cours pour finir leur tâche et chaque étudiant quitta la salle en remettant leur feuille à l’enseignante.

Ce samedi-là, l’enseignante nota le nom de chaque étudiant sur une feuille individuelle pour chacun et inscrivit ce que tout le monde avait écrit sur chacun.

Lire la suite…

comment garder sa motivation ?

comment garder sa motivation ?Comment garder sa motivation ? Dire « oui », ce n’est pas renoncer

Voici le dernier article du texte : « Dites oui »

Dans une autre classe, l’un de mes élèves soutenait que, si on acquiesce à tout, c’est donc qu’on accepte tout. Et si on consent à tout, alors on ne peut interférer sur le cours des événements. Je lui ai expliqué que le fait de dire « oui » est déjà en soi une action positive, alors que dire « non », c’est renoncer. C’est seulement en étant conscient des pos­sibilités de changement qu’on peut agir dans le bon sens. Vous avez parfaitement le droit de dire « non » à une situa­tion telle qu’elle se présente, tout en acceptant la chance d’évoluer qu’elle vous offre. Si vous estimez qu’une situa­tion est sans espoir, vous baissez les bras et acceptez de vous laisser détruire.

Lire la suite…

Dire « oui » aussi à la souffrance

Dire « oui » aussi à la souffranceDire « oui » aussi à la souffrance

Voici le second article du texte : « Dites oui »

Je pariais de la notion d’acceptation des événements lorsqu’un élève me posa cette question intéressante : « Si on dit toujours oui à l’univers, peut-on se considérer comme étant à l’abri de toute souffrance ? » Après avoir réfléchi un moment, je lui ai répondu par la négative. En effet, il est impossible d’éviter la souffrance, mais on peut l’accepter si elle doit faire partie de sa vie. Dans ce cas, on ne se met pas en situation de victime. Il faut se convaincre que l’on est capable de gérer sa souffrance. Et ne jamais croire que la situation est désespérée, c’est-à-dire garder espoir. Et mon élève m’a dit : « J’ai compris ! Vous voulez dire que l’on échange la souffrance du non contre la souffrance du oui. » C’était exactement ce que je voulais expliquer.

La classe s’est mise à travailler sur cette question. Cer­tains élèves ont trouvé, en fouillant dans leur passé, des moments de leur vie où ils avaient accepté la souffrance sans même en être conscients. La semaine précédente, Nadine se souvenait d’avoir pensé à sa mère décédée peu de temps auparavant. Elle avait alors été subitement écrasée de douleur. Sa mère lui manquait. Elle s’était mise à pleurer, en pensant avec nostalgie à tous les bons moments passés auprès d’elle. Tout en versant de chaudes larmes, Nadine sentait un irrépressible besoin de répéter le même mot : « Merci ! »

Lire la suite…

Dites « oui » !

dire oui a la vieDites « oui » !

Ce texte est long, il a donc été rédigé en 3 articles, dont voici le premier :

La domestication de votre peur peut se résumer à ces seuls mots : dites oui à l’univers ! Je les ai entendus de la bouche d’une de mes professeurs, qui les avait adressés à un élève se plaignant de la vie. Je lui demandai d’expliquer ce qu’elle entendait par cette phrase, et elle me répondit : « C’est simple. Quelles que soient les circonstances, faites . oui de la tête, acquiescez, au lieu de faire un signe de refus. Dites oui, au lieu de dire non. » Depuis, j’ai toujours suivi ce conseil : à chaque fois, la magie a opéré.

L’« univers »

Lire la suite…

Partie 4 : Nourrir un bon état d’esprit

Au réveil, écoutez une cd ou fichier audio d'autosuggestionVoici la suite et la fin de l’article :

Nourrir un bon état d’esprit partie 3

Programme intensif de pensée positive pour débutant

Pour illustrer mon propos et vous faire comprendre concrètement comment les choses vont se dérouler, imaginons une journée tout ce qu’il y a de plus ordinaire :

Lire la suite…

Partie 3 : Nourrir un bon état d’esprit

polarisé-negatif3Voici la suite de l’article :

Nourrir un bon état d’esprit partie 2

Comment faire ?

En gros et sans vouloir vous choquer, vous êtes polarisé négativement… Comment faire pour évacuer ces abominables idées noires qui vous empoisonnement la vie et vous empêchent d’être maître de votre destin ?

Rassurez-vous, c’est très simple. C’est comme si vous aviez décidé d’avoir une plus belle silhouette : vous feriez un peu de sport, des mouvements de gymnastique, tout en suivant un régime approprié. Dans le cas présent, vous allez mettre sur pied un programme d’exercices destinés à entraîner votre esprit. Pour ce faire, vous devez agir.

Avant de vous suggérer un plan d’action, voici la liste de cinq outils indispensables qui rendront votre petit travail quotidien à la fois plus efficace et surtout plus agréable :

Lire la suite…

Partie 2 : Nourrir un bon état d’esprit

Nourrir un bon état d’espritCet article est la suite de Nourrir un bon état d’esprit Partie 1.

Qu’est-ce qui vous semble juste ?

Voici l’exemple de Cécile « l’optimiste » et Roseline dit « la négative », qui sont toutes les deux mères et foyer et ont une quarantaine d’années quand elles perdent leurs maris. Ces deux exemples illustrent parfaitement ces attitudes antagonistes.

Roseline est mère au foyer, elle a 40 ans , son mari vient de décéder et son premier réflexe est de revêtir aussitôt le costume de « tragédienne ». Pendant des années, elle n’a eu de cesse de demander autour d’elle soutien, compassion et marques de sympathie. Comme vous pouvez facilement l’imaginer, est arrivé le moment où plus personne ne pouvait supporter cela. Roseline s’est alors intimement convaincue que les femmes veuves faisaient partie d’une catégorie de personnes que l’on fuit et que l’on invite jamais nulle part. Elle a fini par croire dur comme fer qu’elle ne trouverait plus quelqu’un pour refaire sa vie. Vous ne vous étonnerez pas, je pense, qu’effectivement aucun homme ne soit entré dans sa vie.

Lire la suite…

Les alimenteurs

Les alimenteurs et la mal bouffeIls sont partout : à la maison, à la cantine, au restaurant, dans les grandes surfaces … les aliments transformés remplissent nos assiettes ! Obésité, diabète, maladies cardiaques, et de nombreux autres problèmes de santé pourraient être occasionnés pas ce que nous mangeons. Notre palais déguste des saveurs faciles et factices de la gastronomie d’aujourd’hui, car on ne prend plus le temps de manger sainement.

Et depuis cinquante ans, l’industrie agro-alimentaire nous propose une alimentation aussi rapide que nos modes de vies d’aujourd’hui. Les autorités n’exercent qu’un contrôle limité sur cette montagne de victuailles trop grasses, trop sucrées, trop salées.

Peu importe que notre santé fasse les frais de ses petits plats, il semble qu’il n’y ait pas de limite à ce que nous propose l’industrie agroalimentaire.

Même si l’interdiction des distributeurs de cochonneries dans les écoles depuis 2005 est un net progrès et que la taxe des soda fait reculer cette épidémie d’obésité, rien n’arrête l’ingéniosité de l’industrie agro-alimentaire, lorsqu’il s’agit de nous faire avaler ce qu’elle veut.

Des stratégies de marketing habiles :

Lire la suite…